Aujourd’hui, je laisse la place à Alexandra alias Miss Waouh qui m’a écrit 4 lettres pour oser se lancer sans filet. Savoure !

Chère Pénélope,

Tu m’a lancée un beau sujet il y a quelques jours et je profite de ces derniers jours de l’année 2017 pour t’en parler en quelques lettres…

« Se lancer sans filet ? » dans un projet qui te fait vibrer ?

En y réfléchissant ces derniers jours, j’ai réalisé à quel point avoir expérimenté cela m’avait construite et fortifiée en deux choses : Ma foi en l’univers et la confiance en moi.

J’ai aussi réalisé que j’avais fait ça en plusieurs fois, dans des contextes différents : d’abord toute seule, puis en couple, puis avec un enfant, et ensuite avec 2 enfants.
Oui cela a corsé l’affaire à chaque fois, pour parler en toute franchise, mais à chaque fois des ressources nouvelles sont apparues.

C’est cela que j’ai envie de te raconter dans ces quatre lettres que j’ai envie de t’écrire…

Quatre épisodes, quatre situations différentes, avec des challenges et des trésors cachés.

Aujourd’hui je peux en témoigner : Oui je suis folle et je me suis lancée à plusieurs reprises dans des aventures incertaines, sans filet et sans garantie de succès.

J’ai vécu des moments incroyables et aussi extrêmes pour découvrir une « vérité » personnelle qu’aujourd’hui je porte dans mes tripes :

Tu peux me lâcher n’importe où, avec rien et je saurai toujours créer quelque chose avec ce que ma main va trouver.

C’est une Foi qui s’est développée au fil de mes expériences, mais qui est sûrement là depuis toujours !

Attention, avoir un « filet », ça peut être un tremplin super ! Tu peux aller encore plus loin. En profiter pour faire des choses encore plus folles !

En fait, tu n’as pas besoin d’un filet pour y aller. Mais si tu en as un, tant mieux pour toi, ça peut t’aider à aller encore plus loin, alors ne t’en prives pas !

Mais si tu n’en as pas, c’est pas grave, car tu peux aussi faire sans.
Alors oui, il y aura peut-être plus d’adrénaline et moins de confort, mais tu vas aussi aller plus loin pour chercher tes ressources profondes, intimes, personnelles, et irrationnelles !

Au fait c’est quoi un filet ?

Un filet c’est tout ce qui permet un atterrissage plus confortable en cas de chute !

Dans le sujet qui nous occupe, ça va être plutôt d’ordre financier.

Tu veux te lancer dans une création, une aventure, une entreprise et :

-Tu as des économies en cas d’imprévus ou le temps de lancer ton projet
-Tu as des rentrées d’argent régulières qui t’assures une sécurité financière, qui te libère d’une pression…
-Tu as un mari qui travaille et qui apporte cette sécurité, te laissant libre de te vautrer ou pas…

C’est ça un filet. Ton projet, qu’il « marche » ou pas, ne va pas affecter ta sécurité financière.

Et c’est la présence, l’épaisseur de ce filet qui, pour la majorité des gens, va permettre le saut dans le vide ou pas.

Il aide certainement à sauter, mais ce n’est pas ton filet qui va créer ta réalité. C’est toi.

Episode 1: Partir à l’aventure…et Renaître en Alaska !

Il y a 10 ans exactement, je suis partie. J’ai stocké mes affaires, rendu mon appart, vendu un livre rare que j’avais en ma possession, et je suis partie avec 1700€ et un ordi portable, en Amérique pour une durée indéterminée.
Je ne savais pas combien de temps j’allais pouvoir voyager avec cette somme, ni où j’allais exactement, mais j’avais envie de partir. J’ai pris un billet Francfort New York.

Ce premier voyage a duré 4 mois et m’a emmenée de NY jusqu’en Alaska. Grâce à mon ordi portable, j’ai pu utiliser le système couchsurfing et loger gratuitement chez des gens qui accueillaient des voyageurs. En échange, je leur mitonnais des plats français, ou je leur offrais une peinture, un dessin…Tout le monde était ravi !

A NY j’ai visité le Musée d’Histoire Naturelle, et la salle des Arts de la Côte Nord-Ouest… Et là mon cœur à flashé sur un masque, qui provenait du Sud de l’Alaska, et qui semblait me dire :
« Vas-y ! Va voir là bas si tu y es… ! »
J’ai réfléchi le temps d’un trajet de métro, et j’ai senti un appel vibrant. L’appel de l’aventure, la vraie !
J’ignorais tout de cette contrée. Je parlais à peine l’anglais en arrivant, mais j’y ai fait des rencontres formidables qui sont devenues des amitiés de longue date.

Cela m’a certainement donné du courage pour la suite !

J’étais artiste de formation, mais je n’avais pas flashé sur une œuvre depuis longtemps ! L’art contemporain m’ennuyait à la longue, et j’étais en recherche de saveurs plus authentiques. C’est l’effet que m’avait fait ce masque.
Je voulais savoir si cet art était toujours pratiqué aujourd’hui !
En cherchant sur internet, je suis tombée sur le site d’un artiste traditionnel de là bas. Je lui ai écris un mail, il m’a répondu, que oui il était Ok de me montrer son travail.
En regardant la carte, j’ai vu qu’il habitait sur une île sauvage au sud de l’Alaska, dans une petite ville de pêcheurs vendue par les russes aux Etats-Unis au début du siècle…

Et sur le site couchsurfing, parmi le peu d’inscrits, je suis entrée en contact avec un pêcheur qui était d’accord de m’accueillir dans sa cabane. Quelle chance !

Je pourrai écrire un livre sur mes aventures, mais pour cette première lettre, je vais simplement te raconter que l’aventure fut extraordinaire, et que j’ai été accueillie comme une reine là bas ! J’ai rencontré un groupe d’artiste locaux qui m’ont prêté des outils, montré et transmis leur art, et à mon retour en France 4 mois plus tard, je n’avais qu’une envie : retourner là bas plus longtemps, pour revoir tous les amis à NY, Montréal, Vancouver et Sitka et me perfectionner dans la sculpture sur bois avec les indiens Tlingit !

Mais je n’avais plus un centime.

Comment continuer l’aventure ?

C’est là que j’ai entendu parler du Wwoofing. « Volontariat dans les fermes bio » à l’origine, tu aides les gens dans leurs projets en échange du gîte et du couvert.
Dans leur listing, j’ai trouvé un lieu qui m’inspirait, une école de forge dans la garrigue du sud de la france. Il m’ont accueillie et je suis restée chez eux… 6 mois !

En fait, secrètement, ils étaient à la recherche d’artistes pour créer un parcours de sculptures sur leur terrain de 3 hectares. Au bout de 2 semaines de travaux divers, je commence à faire apparaître des œuvres par ci par là sur mon temps libre… Et très vite ils voient en moi l’artiste qu’il leur faut et me confient la création des sculptures de leur parc. En 3 mois, 22 sculptures voient le jour, l’ouverture au public est prévue le 8/8 2008, l’exposition (gratuite) connaît un franc succès, mais je montre également des toiles et des sculptures, dont certaines sont vendues, et j’ai même fabriqué un nid dans lequel les visiteurs déposent des pièces tous les jours ! Au bout d’1 mois d’expo, j’ai pu récolter de quoi repartir….

J’ai trouvé un avion pas cher en octobre 2008 (le dernier de la saison) qui m’a emmenée cette fois à Fairbanks, (eh oui moi j’aime l’Alaska l’hiver !) pour le début d’une nouvelle aventure…

Ce nouveau voyage a duré 6 mois, pendant lequel j’ai sillonné l’Alaska et le Canada et suis retournée voir mes amis indiens. J’ai sculpté avec eux intensivement…

Vers la fin du voyage, j’ai eu l’opportunité d’exposer mes travaux de voyage dans le hall de l’université de Sitka…
Je n’avais plus un rond sur mon compte bancaire, mais la chance était là et j’ai vendu mon premier masque, celui qui m’a pris un mois entier de travail.

C’était ma plus belle réalisation; une tête de sanglier qui s’ouvrait sur un visage humain. Là bas, on appelle ça un masque de transformation, il s’ouvre et se referme, articulé.

Du jour au lendemain, non seulement j’ai pu m’acheter mon billet de retour, mais en plus je suis rentrée en France avec 3000 $ en poche !

Cette première expérience aura duré un an et demi. A plusieurs reprises, j’étais comme acculée, sans savoir comment ni par où j’allais continuer…

Mais en suivant les « appels de la vie », presque aveuglément, je me suis laissée guider et j’ai reçu des surprises ! Je n’ai manqué de rien à aucun moment de cette aventure.

C’était initiatique : J’avais la preuve que c’était possible, qu’on pouvait faire ça !
Pour moi c’était ça la vraie vie !

Bisous chère Pénélope, dans ma prochaine lettre, je te raconterai comment j’ai rencontré un gars aussi fou que moi, et comment, quand j’étais enceinte de notre premier enfant, on a sauté dans l’inconnu en écoutant notre cœur et créé des choses à partir de rien !

Miss Waouh ! Libère ta Joie

 

Ne manque pas la suite de ses aventures ici : Lettres à Pénélope

~~~~~~~~~~

Tu es nouveau/nouvelle ici ? Rejoins la communauté No Limit  et abonne toi.