Je referme le livre.

Une belle histoire, comme toujours avec Agnès Ledig.

Et je vois.

Je vois comme cette histoire me reconnecte à des parts de ma vie.

Je vois le manque, le vide, tout ce qui n’est jamais assez et qui jalonne ma vie.

Manque d’amour. Manque d’argent. Manque de liens, de partage, de soutien, de présence. Manque d’espace. Manque de choix et de liberté. Manque de douceur et de tendresse. Manque de baisers, de caresses et de chaleur. Manque d’envie et d’idées parfois. Manque de joie. Manque de moi.

Le manque que j’ai créé dans mon corps, aussi. Omniprésent à une certaine époque.

Et ce surpoids dont je n’arrive pas à me défaire facilement, cette lourdeur dans mon corps, tentative de combler les vides de gras, de liquide et d’air. Magnifique corps conscient qui répond à “tout ce qui me gonfle”.

Serai-je à ce point malchanceuse pour vivre tous ces espaces de rien ou pas assez ?

J’ai manqué d’air à la naissance. Ceci explique peut-être cela ?

Je sais que ce manque qui est toujours à mes côtés, fidèle compagnon de route, quoi que je vive, quoi que je fasse, fait partie de mes créations.

Une graine qui est venue se poser sur moi et pousser à l’intérieur, que mon entourage vivait probablement déjà et qui m’a gentiment été transmise. Parce qu’ils ne connaissaient rien d’autre. Parce que c’est ce qu’ils avaient toujours vécu. Parce que c’est ce en quoi ils croyaient.

Une graine dont j’ai pris soin, accueillie du mieux que j’ai pu. Je l’ai fait pousser, grandir. Je l’ai arrosée de toutes ces pensées, mémoires et croyances qui disent en substance “il n’y aura jamais assez”.

Et elle a fait son merveilleux boulot de continuer à me montrer là où il n’y avait pas encore assez.

Je sais bien que c’est des mensonges. Je sais bien que tant que j’y croirai, tant que je nourrirai la graine, elle restera là, solidement accrochée.

Maintenant je sais. Maintenant j’ai vu et je ne suis plus dupe.

Je sais que je peux choisir autre chose et me débarrasser de la graine.

Et entendre à la place ce message venu du cœur :

La vie n’est qu’abondance pour celui qui sait recevoir.

Alors, je choisis de baisser mes barrières et de m’ouvrir à l’abondance de la vie.

Pénélope LM

 

Le livre d’Agnès Ledig : On regrettera plus tard