Un sourire figé sur le visage, elle ne sait plus comment dire “non”, elle n’a jamais appris.
On l’aime pour sa disponibilité et sa gentillesse, toujours prête à rendre service. Elle est là quand tu as besoin d’elle.
Elle donne, beaucoup. Son temps, son énergie, son corps parfois, elle ne sait pas recevoir.

 

Elle est occupée, souvent. Toujours présente pour ses proches, elle se laisse peu de répit.
Une femme sympathique aux yeux de tous.
Déconnectée d’elle-même, de ses sensations, de ses émotions et de son corps, elle a tout planqué sous le tapis.
C’est plus facile de continuer ainsi.
Sans prendre le temps de se pauser et de se voir vraiment.
Étouffée, elle a choisi de vivre à demi, un choix de survie.

Sa vie est le reflet de ses choix : en apparence tranquille et agréable. Aucune intensité. Ni rire, ni jouissance, ni colère, ni rage. Encéphalogramme plat.

Elle lutte pour continuer, a du mal à garder son sourire.
Se surprend à penser de plus en plus souvent : “mais qu’ils aillent tous se faire foutre !”
Mais ça ne lui ressemble pas, elle se demande ce qui ne va pas, mets ça sur le compte d’une fatigue passagère, d’un manque de vitamines ou d’un dérèglement hormonal…chausse à nouveau son sourire et reprend le cours de sa vie.

Et puis un jour, un jour de plus, un jour de trop, l’intensité explose au grand jour.
Appel à l’aide d’un flot de vie qui ne peut plus être contenu.
Un corps qui crie, qui hurle et la supplie de revenir vers elle, enfin.
Saura-t-elle écouter ?
Elle n’a pas d’autre choix.

Personne ne comprend vraiment. Que peut-il bien lui arriver ?

Mais elle, elle sait.
Elle sent cette rage au creux de son ventre, tous ces “oui” qu’elle a donnés sans compter, sans se préoccuper de SA vérité.
Elle sait le besoin de hurler, d’évacuer tout ce qu’elle a contenu, retenu, depuis si longtemps.
Elle n’en peut plus de ce corps fade qui l’empêche de jouir à gorge déployée.
Elle veut vivre. Enfin.
Être au contact d’elle-même, de son corps, de sa puissance.
Retrouver le chemin, la voie qui la guide vers qui elle est vraiment, au-delà des faux semblants et des masques.
Elle veut se retrouver.

Elle a remisé son tablier au placard, fait ses adieux.
Sans aucun bagage, elle a pris le chemin de l’aventure.
Pieds nus, dansant dans le vent, elle avance en riant.
Entends-tu ce chant de la femme libre ?
Est-il temps ?

“Ta voie dans le monde – à l’écoute de ton chant intérieur” le 22 mars à Nancy. Les infos ICI

 

Pénélope LM