Je viens de commencer ce livre dont le titre m’avait irrémédiablement attirée, à la fois sceptique “c’est quoi encore ces conneries ?!!” et curieuse dès lors qu’il s’agit de bonheur et de trucs scientifiques.

J’ai un bac scientifique et technique, fais des études de droit, créé des sites internet… les trucs techniques, ça me plait, tu vois  #cerebrale

J’ai jeté un œil aux premières pages où l’auteur raconte d’emblée qu’il a commencé à écrire ce livre après la mort tragique de son fils.

Ambiance.

Le cadre est posé et m’intéresse d’autant plus.

Comment trouver la paix et la sérénité après la mort d’un enfant ?

Ce qui m’intéresse encore plus, c’est que l’auteur est ingénieur. Pas coach, pas thérapeute, pas moine bouddhiste, pas méditant de longue date, pas praticien de je ne sais quelle technique de développement personnel. Ingénieur.

Je n’en suis encore qu’au début du livre, mais qu’il est bon de se rappeler que notre état naturel, par défaut, est le bonheur, que c’est notre configuration de base.

Que nous ne sommes pas nos pensées, ni la petite voix maléfique dans notre tête et que nous pouvons nous en détacher.

Et qu’à chaque fois que nous faisons du bonheur un conditionnel à notre vie : “quand, si, lorsque…” nous nous éloignons de notre vérité.

Nous sommes tous à la recherche du bonheur dans notre vie. Nous pensons que lorsque nous aurons la belle maison, le CA à 6 chiffres et plus, l’amoureux idéal, les amis compréhensifs et attentifs (le dernier iphone ??), alors nous pourrons pleinement profiter de notre bonheur et de la vie. C’est ce qu’on nous a appris : travaille bien à l’école, aie un bon job (trouve toi un mari ?) et tu seras heureuse.

En fait, non. Tu pourras te payer des trucs, mais tu ne seras peut-être pas heureuse. D’ailleurs ceux qui nous ont transmis cela l’étaient-ils eux-mêmes ?

J’ai un esprit scientifique : je découvre des trucs, je les mets en application et j’observe ce que ça crée. Si ça marche, je continue. Si ça ne marche pas, j’essaie autre chose ou autrement.

J’ai fait ça pour être heureuse.

Mais comme peu de gens le sont vraiment, il y a peu de modèles à suivre et “appliquer”.

Alors, j’ai testé des trucs. J’ai testé le job salarié, le mari, les enfants, la maison à la campagne, même les poules et le chien… ça ne marchait pas vraiment, pas durablement, jusqu’à ce que je VOIS que tout se joue en moi et qu’il ne s’agit pas de ce qui est présent dans ma vie mais de ma capacité à être présente avec la vie qui s’offre à moi.

Je ne sais pas encore ce que me réserve la suite de ce livre, mais ce dont je suis sûre, c’est que le bonheur est un choix.

Un choix intérieur, personnel, intime, entre toi et toi.

Le choix de ne plus laisser tes pensées, peurs, mémoires, croyances dicter ta vie mais de les débusquer, d’adopter cette démarche de rencontre avec toi-même, d’observation de qui tu es, de ce qui te plait vraiment, te fait vibrer, de ce qui te fait plaisir ou te rend heureuse et de CHOISIR de mettre cela au cœur de ta vie.

Le choix de retrouver ton état naturel de joie et de bonheur et de dissiper ce qui y fait obstacle.

Ta vie, tes choix.

Pénélope LM

Le livre : La formule du bonheur de Mo Gawdat

Photo par Moi