Combien de fois t’es-tu planté cette année ?

La fin de l’année est souvent l’occasion de regarder en arrière et de faire le bilan, de célébrer nos succès. C’est aussi l’occasion de faire le point sur ce qui n’a pas fonctionné.

Peux-tu citer tes 5 plus gros échecs de l’année ?

Peux-tu les citer en ayant conscience de ce qu’ils t’ont permis d’apprendre ou de dépasser ?

Nous vivons dans une société où il est plutôt facile de partager nos réussites, qu’elles quelles soient et où l’on a tendance à bien planquer ce qui ne fonctionne pas.

Or, la clé du changement, c’est de reconnaitre que chaque choix que tu fais crée, peu importe le résultat.

Dans son livre les vertus de l’échec, Charles Pépin déclare : “il n’y a pas une vertu de l’échec, mais plusieurs.

Il y a les échecs qui induisent une insistance de la volonté et ceux qui en permettent le relâchement ; les échecs qui nous donnent la force de persévérer dans la même voie, et ceux qui nous donnent l’élan pour en changer.

Il y a les échecs qui nous rendent plus combatifs, ceux qui nous rendent plus sages, et puis il y a ceux qui nous rendent simplement disponibles pour autre chose.”

Cette année, j’ai connu beaucoup d’échecs. J’ai annulé beaucoup d’ateliers faute d’inscrits et je n’ai pas atteint le CA que je m’étais fixé en début d’année.

On est loin de la vie facile dont je parlais la dernière fois.

Clairement, ça me fait chier.

Mais, en même temps, cette année était une année de transition pour moi et ces échecs sont le résultat d’une nouvelle orientation et du fait que J’AI OSE des choses différentes.

Ces échecs m’ont beaucoup appris sur moi, ma façon de communiquer et m’ont amenée à affiner ma direction (quand un truc qui te plait moyennement ne marche pas, tu ne persévères pas.) Ils sont la preuve de ma persévérance et de mon désir d’exploration.

Tout ce que tu ne crées pas ne connaitra ni échec ni succès.

Alors, dis-moi, quels sont tes 5 plus gros échecs de l’année ?

Et si au lieu de les planquer, tu les célébrais ? Car ils sont la preuve de tout ce que tu as osé, de tous ces premiers pas que tu as faits.

Qu’est-ce que ces échecs t’ont appris sur toi, ta manière de fonctionner, tes créations, ta communication…ou tout simplement ta façon de vivre un échec ?

Ta vie, ton terrain de jeu, ta création.

Amuse-toi

Pénélope LM